Date : Juin 1992
Source : Hard Force n° 2
Interview de Bruce Dickinson par Henry
Dumatrey

"Fear Of The Dark" se voudrait l'album de la reprise pour IRON MAIDEN. Bruce Dickinson en est persuadé comme en témoigne l'ardeur avec laquelle il nous commente les textes qui y figurent et nous décrit l'état d'esprit du groupe. Malgré une heure matinale et une nuit, selon ses dires, mouvementée, Bruce s'est une fois de plus montré très loquace. Voici donc un tour d'horizon complet de l'album que vous avez sans doute déjà entre vos mains.

Alors Bruce, as-tu écouté le nouvel album d'IRON MAIDEN ?

Je pense que ça a dû m'arriver en effet !

qu'en penses-tu ?

Je pense qu'il est franchement incroyable. C'est indiscutablement le meilleur album que nous ayons jamais fait !

Alors là, tu vas trop loin pour être crédible !

Et pourtant je suis sincère. Je crois que c'est celui qui sonne le mieux dans toute la discographie du groupe. Pour ma part, je ne pense pas avoir aussi bien chanté depuis "Piece Of Mind". Je crois que ma voix n'a jamais été aussi bien adaptée aux morceaux que sur "Fear Of The Dark".

IRON MAIDEN aurait-il trouvé une nouvelle orientation ?

Je crois que c'est le cas. IRON MAIDEN a désormais les yeux fixés vers l'avenir. Nous ne regardons plus en arrière ; nous ne comparons plus ce que nous faisons à ce que nous avons fait dans le passé. C'est vraiment un nouveau départ pour le groupe.

Vous semblez pourtant avoir retrouvé un esprit similaire à celui qui vous animait au début ?

Oui, c'est aussi juste. Nous avons gardé le meilleur du passé. Il est également exact que nous sommes plus directs, il n'y a vraiment aucun doute sur les sujets dont nous traitons dans nos morceaux. Et la musique est vraiment très Hard, bien plus que pendant la période allant de "Powerslave" à "Seventh Son...". Nous sommes désormais bien plus "concrets".

Peux-tu nous développer les sujets évoqués dans cet album et qui semblent te tenir très à coeur ?

"Be Quick Or Be Dead" traite de l'argent, de l'affairisme, de la corruption. I1 y a des gens qui sont censés diriger votre vie, régler les affaires financières, mais il est impossible de leur faire confiance car ils cherchent à te rouler à la première occasion. Mais si tu es obligé de travailler avec eux, la seule façon de t'en sortir c'est d'être encore plus vache qu'eux.

Te sens-tu dans ce cas là ?

Non, nous avons des managers qui sont tout à fait adaptés à ce genre de situations ! Prenons un exemple : si tu es un groupe et que tu fais juste ce que ta maison de disques voudrait que tu fasses, alors elle n'hésite pas à te rouler. En revanche, si tu as un management assez puissant, il peut faire le poids et jouer le jeu vis à vis de la maison de disques. C'est le seul moyen de ne pas être abusé.

Une maison de disques est-elle capable de rouler même de vieux groupes expérimentés ?

Oh, sans l'ombre d'un doute ! D'ailleurs ça arrive tout le temps. Il faut être vigilant, savoir qui sont les malins, ce qu'ils font, et lorsque tu traites avec eux, il faut simplement être plus malin
qu'ils ne le sont.

Le second morceau, "From Here To Eternity" aborde t-il un sujet aussi sérieux ?

Non, c'est juste une franche rigolade, une plaisanterie. Dans ce morceau, on évoque le retour de la fameuse "Charlotte The Harlot" qui revient à l'arrière d'une moto. Il n'y a rien de bien important dans ce morceau, au niveau des textes en tout cas. Ce sera cependant notre second single car c'est un titre assez entraînant, même si les paroles ne sont pas vraiment très sérieuses.

Bon, alors continuons d'évoquer pêle-mêle, les thèmes des morceaux de ce nouvel album.

"Fear Is The Key" parle de la peur qui s'est désormais instaurée dans les relations sexuelles à cause du SIDA, bien entendu. "Sexe" est devenu synonyme de "peur". Lorsque nous étions en train d'écrire les morceaux, nous avons appris la mort de Freddie Mercury. II y a une phrase dans "Fear Is The Key" qui est "personne ne prête attention tant qu'une célébrité n'est pas morte" et c'est, hélas, la triste vérité. Aux Etats Unis particulièrement, personne ne se souciait trop du SIDA jusqu'à ce que le joueur de basket-bail "Magie" Johnson annonce publiquement sa séropositivité. Tant que c'était uniquement des homosexuels ou des toxicomanes qui contractaient ce virus, les gens n'en avaient rien à foutre. Il a fallu attendre que des gens connus meurent pour que la masse se sente concernée.

Un autre titre est "Childhood's End". Sais-tu qu'il s'agit également d'une chanson de MARILLION ?

Non, je l'ignorais. Je n'ai pas écrit ce morceau, c'est Steve qui en est responsable ! (rires) Cela parle du fait qu'il n'y a plus un seul endroit dans ce monde où les humains peuvent rester des enfants. En dix ans, nous avons presque fait disparaître l'eau, l'air, le soleil, et il faut maintenant être complètement cinglé pour avoir envie de mettre au monde des enfants vu l'état du monde actuel. Alors on se demande où tout cela va s'arrêter.

Morceau suivant …

J'allais oublier "Afraid To Shoot Strangers". C'est à propos de la guerre du Golfe. Cela parle d'un soldat qui commence à tirer lors de la guerre du Golfe et il ne veux pas tuer qui que ce soit, mais, il sait que son devoir le poussera peut-être à en arriver là (ndj : entra nous, ils n'avaient pas besoin de s'engager si c'est le cas). Mais s'il ne tire pas, alors c'est, sans doute un autre qui risque de lui tirer dessus. I1 n'a donc pas vraiment le choix. Le dilemme est cruel mais il n'y a pas d'autre moyen de s'en sortir.

Penses-tu que la guerre du Golfe était, comme le prétendent certains, "nécessaire" ?

Je pense que ce que les politiciens ont réellement voulu faire, c'est supprimer le potentiel militaire de l'Irak, toutes ses armes chimiques et ses projets de bombe atomique afin de le laisser désarmé. Je pense qu aucune guerre n'est bonne. J'ai vraiment beaucoup de sentiments divers au sujet de cette offensive armée dans le Golfe. Je ne parviens pas vraiment à savoir si elle avait vraiment une raison d'être ou non. Je dois avouer que je ne suis pas non plus systématiquement un grand pacifiste ; il y a des choses qui doivent parfois être faites. Il faut savoir se battre pour une cause juste et je suis persuadé que ce que Saddam Hussein a fait était complètement répréhensible. Ce qui est moins clair, ce sont les vraies raisons pour lesquelles les pays ont pris part à cette guerre. De toute façon, on nous a raconté trop de mensonges pour que nous puissions avoir une idée exacte de la chose.

Enchaînons avec "Chains Of Misery"...

"Chains Of Misery" parle du petit diable que nous avons tous en permanence sur notre épaule. Ce petit diable qui peut vous faire gâcher votre vie. Si par exemple, tu rencontres une fille, tu vis une relation fantastique, puis tout d'un coup tu fais une bêtise sans raison apparente : tu te dis... pourquoi suis-je en train de faire cela ? Tu ne sais pas vraiment pourquoi tu agis de la sorte mais tu as juste le sentiment qu'il faut que tu le fasses. Peut-être est-ce un sentiment de culpabilité qui te pousse, peut-être est-ce que tu ne te sens pas assez "bon" pour mériter cela ? Toujours est-il que tu agis contre ton propre intérêt sans vraiment savoir pourquoi.

"Wasting Love"

C'est à propos de ces gens qui passent leur temps à partager le lit des autres, à coucher avec tous ceux ou toutes celles qu'ils rencontrent sans donner ni recevoir ce qu'ils recherchent, tout simplement parce qu'ils sont très seuls. Il sont seuls à l'intérieur d'eux mêmes mais ils sont continuellement en action, collectionnant les aventures pour combler ce manque affectif.

On dit souvent que les musiciens sont comme ça, qu'ils multiplient les rencontres durant les tournées ...

C'est vrai. Il m'est fréquemment arrivé de voir des gens dans ce cas. La vie sur la route est dure et je sais qu'il y a beaucoup de musiciens qui trouvent difficile d'être. "ouvert émotionnellement" parce qu'il y a énormément d'angoisses et de sentiments qu'ils ne peuvent dire à personne et qu'ils gardent au fond d'eux mêmes. Ils pensent que dans leur position, il est impossible d'avoir des relations "vraies" avec les gens, alors ils vont au lit avec ceux du sexe opposé sans réfléchir.

Penses-tu que toutes les relations dans le milieu de la musique sont faussées ?

Non, pas toutes. Pour être honnête, je pense que parmi toutes celles-ci les relations avec les fans sont les plus pures. Parce qu'ils sont juste des fans et c'est tout. Ils aiment la musique et se foutent du reste.

Et les groupies ?

Je crois que si une groupie arrive vers un musicien et lui dit brusquement "j'ai envie de me faire mettre par toi parce que tu es un musicien", celui-ci ne sera pas intéressé. Mais si la groupie commence à discuter avec le musicien en lui mentant, lui disant qu'il est une personne formidable, si elle le flatte en fait, le gars sera plus tenté de dire "hum, tu as raison !" (rires). Et c'est alors lui qui peut se mettre à y croire ils couchent ensemble, elle repart raconter à ses copines qu'elle a avec un musicien, que c'est pas terrible et qu'il en a une toute petite ! Les groupies ne sont la solution a aucun problème. Je ne connais perrsonne qui ait été heureux de ce genre de relations, aucun musicien, et les groupies non plus au bout du compte.

C'est un des mauvais cotés de la vie de musicien, en fait ?

Non, il ne faut pas non plus exagérer. Le problème c'est que, lorsque tu es jeune et que tu trouves ces filles, c'est parfait tu es très content car tu n'a jamais autant baisé de ta vie. Mais arrivé à un certain point, tu réfléchis et tu te dis que tu ne sais rien d'elles, ni leur nom, ni ce qu'elles ont fait avant. Tu en arrives à la conclusion que la vie doit être faite d'autres relations que celles-ci. Alors tu n'as qu'une seule alternative ou tu continues sachant tout à fait que les relations que tu as sont faussées ou tu arrêtes.

Et toi, quelle option as-tu pris ?

J'ai arrêté de me faire des groupies au moment où j'ai rencontré une personne que j'aimais vraiment. Il y a huit ans de cela.

N'est il pas difficile de trouver des gens et d'avoir des relations honnêtes lorsqu'on est célèbre ?

Personnellement, j'essaye de rester assez naïf dans mes relations avec les gens. C'est très précieux à mes yeux. Le fait qu'il y ait des personnes méchantes ou mal intentionnées ne me fait pas changer. Pourquoi devrais-je devenir comme eux ? S'ils veulent être parano ou autre, je ne marche pas dans leur jeu. Quand je découvre qu'une personne ne correspondait pas à l'opinion que je m'étais faite d'elle, je lui dis simplement. "Tant pis, je pensais que tu étais quelqu'un de bien mais ça n'est pas le cas. Ca ne fait rien, à la prochaine !". En fait je fais confiance aux gens. Je préfère car pour dix personnes malhonnêtes je rencontre une personne très bien et c'est celle-là qui compte. Et puis, de toute façon, mon radar a détecter les indésirables est assez développé maintenant !

Continuons le survol de l'album. "The Fugitive".

C'est un des morceaux de Steve. L'histoire est assez directe. C'est un peu une aventure. C'est l'histoire d'un gars qui est en cavale, qui s'est évadé de prison et tout le monde est à sa poursuite. Cela donne un texte assez paranoïaque à vrai dire ! Finalement, il réussit son coup, s'échappe et court toujours à la fin du morceau.

"The Apparition".

En gros, on y trouve les vues que Steve (qui a composé ce titre) a sur le monde. Il y expose tous ses sentiments, ses craintes, ses phobies, ses préoccupations.

"Judas Be My Guide".

C'est un titre assez ironique en réalité. Je ne sais pas si cela passera très bien car il est assez périlleux de faire de l'ironie dans le milieu de la rock-music. Cela parle du mauvais coté de chacun et j'ai décidé d'appeler ce mauvais coté "Judas". C'est cette tendance qui te ferait vendre n'importe quoi à n'importe qui, qui te ferait te foutre de tout, c'est ce petit Judas qui est en chacun de nous et s'il prend de l'importance au point d'arriver à faire marcher le monde, alors... adieu ! (rires)

"Weekend Warrior"

C'est une très bonne chanson. Steve l'a composée. Le sujet en est le football et toute la violence qui tourne autour de ce sport. Le hooliganisme est une chose terrible. II y a ces gens qui ne trouvent d'autre intérêt à la vie que le match de football qui se déroule en fin de semaine. Ces gens se défoulent de toute leur violence pendant la partie de football en tapant sur les supporters adverses, en hurlant des injures à gorge déployée, puis ils retournent le lundi matin à leurs petits boulots et c'est là que l'on s'aperçoit qu'ils ne sont rien.

Steve sait de quoi il parle : le résultat du dernier match entre la presse française et IRON MAIDEN (7 ou 8 - 0 pour MAIDEN) était assez violent aussi !

Ah ça, je dois admettre que Steve adore le football !

"Fear Of The Dark"

Ca aussi, c'est un foutu morceau ! Steve qui l'a composé a réellement peur de l'obscurité. L'histoire est celle d'un homme qui marche la nuit dans un parc et au fur et à mesure que la nuit tombe, il voit plein de choses inquiétantes. II devient totalement paranoïaque car son imagination travaille à fond. C'est un morceau terrible.

Globalement, il semblerait que "Fear Of The Dark" soit musicalement dans la même veine que "No Prayer For The Dying" avec plus d'atmosphère toutefois.

Oui. Je crois en réalité qu'il y a un break entre "Fear Of The Dark" et les anciens albums d'IRON MAIDEN. Je crois vraiment qu'il aura une importance énorme, nous rentrons de plain-pied dans les années 90, cette fois. Attention, la griffe IRON MAIDEN y est plus que jamais présente : nous n'avons fait aucun compromis, aucun renoncement, mais nous nous sommes vraiment concentrés à fond sur la composition. Nous avons pris un peu l'énergie qui est dans le monde actuellement et l'avons transposée dans notre musique.

Il semble en tous cas que vous ayez retrouvé une réelle motivation et une très forte envie de jouer ?

C'est indiscutable. Nous avions passé un sacré bon moment à enregistrer notre dernier album et nous avions également eu des joies très intenses durant toute la tournée qui l'a suivi. Depuis que Janick fait partie du groupe, je crois que chacun d'entre nous a retrouvé son enthousiasme.

Penses-tu que vous ferez aussi bien dans les années 90 que dans la décennie précédente

Je croise les doigts pour qu'il en soie ainsi ! Je sais qu'il y a pas mal de chemin à parcourir, mais je suis persuadé que bon nombre de personne seront très surprises par "Fear Of The Dark" et très étonnées que nous ayons pu faire un tel disque. J'espère qu'ils diront en l'écoutant "on pensais beaucoup de bien du dernier METALLICA, mais regardez un peu ce qui nous arrive maintenant!".

Tu soulignais tout à l'heure votre refus à toute compromission. Cela t-il contribué à votre succès et penses-tu que le fait d'être honnête finit toujours par payer

Parfois. Le fait est que nous avons des fans et que nous ne les laissons jamais tomber. Nous ne les trompons jamais si nous nous arrêtions de jouer demain c'est la chose qui serait la plus importante à nos yeux.

Ces fans que vous chérissez tant auront-ils la chance de vous voir en concert prochainement

Oui, nous allons entamer une grand tournée et sois certain que nous passerons à Paris l'été prochain puisque nous assurons la tête d'affiche des Monsters Of Rock. Cette fois, nous reviendrons avec le gros matériel. Il aura ces fameux décors en trois dimensions, tous ces effet pyrotechniques, ces monstres, ces explosions. Nous avons vu les choses très grand cette fois. Pour la tournée "No Prayer For The Dying" nous avions décidés d'être minimalistes, c'était très bien. Cette fois, nous serons maximalistes ! Mais on verra quand même nos amplis. II n'y aura pas une scène pour recouvrir tout cela. Il y aura les cinq membres du groupe, le matériel, et des explosions tout autour !

Et ce fameux nouvel album live que tout le monde attend

Dis à tout le monde que nous allons l'enregistrer à Paris ! A Paris et durant toute la tournée. Cette fois c'est décidé, nous allons le sortir ce live.