Date : Mai 1983
Source : Enfer Magazine n° 2
Article de C. ALBOUY - F. MAILLE - B. LINCY

Sous la protection d'EDDIE, IRON MAIDEN poursuit sa folle carrière au pays des sacrilèges, monstres, démons et autres créatures de bonne compagnie. Avec la sortie du 4ème album, MAIDEN entame son troisième tour du monde avec un nouveau membre: NICO MAC BRAIN. Beaucoup d'eau a coulé sous la tour de Londres depuis leurs débuts dans les faubourgs Londoniens.

Londres 1976. La vague punk est à son apogée et de rares marginaux luttent pour ne pas "périr''. Tel est le cas d'IRON MAIDEN, jeune groupe de hard rock qui se bat afin de promouvoir sa musique. Malheureusement la conjoncture ne leur est pas favorable: un look par trop éloigné de celui des punks leur interdit tout contact avec les maisons de disques. Malgré cela ils auto-produisent leur premier 45 T (contenant "Prowler'', "Remember tomorrow" et "Sanctuary" grâce au label anglais Hard-Rock le simple réalisé en 1978, est maintenant introuvable du fait de son tirage très limité (environ 600 exemplaires).

A cette époque le groupe est un quartet dont STEVE HARRIS et DAVE MURRAY seront les seuls rescapés. C'est alors que, le punk déclinant, le Hard rock réapparait et les salles où se produisaient les heavy metal gangs se remplirent à nouveau. Grace à cela IRON MAIDEN acquiert une popularité croissante qui leur permet de décrocher les premières parties de WISHBONE ASH, un des groupes favoris de Steve Harris, de FREE (autres idoles du même Steve Harris) et de BLACK SABBATH. Afin de compléter la formation et de lui donner un son plus lourd et plus dru, le duo de départ s'adjoint PAUL DI'ANNO au chant, DENIS STRATTON à la guitare et CLIVE BURR (ex SAMSON) à la batterie.

1979. Les grandes maisons de disques commencent à s'interesser à ce groupe dont le succès allait en s'amplifiant. Et ce qui devait arriver arriva. Le vent tourne enfin en leur faveur et, durant l'été 1979, ils signent avec EMI.

Début 1980 la "Fille de fer" accouche d'un premier album intitulé Iron Maiden dont on sent les influences, malgré tout pas trop "voyantes", de DEEP PURPLE et BLACK SABBATH Ce disque est très réussi et des morceaux tels que "Charlotte the harlot", "Phantom of the Operâ" et "Prowler" deviendront les morceaux de bravoure du groupe sur scène. Steve Harris apparait alors comme le leader du groupe tant par sa présence scénique que par la prédominance de ses compositions. Du fait de ce succès musical, le gang tourne en première partie de KISS, durant la tournée européenne de ceux-ci Et le miracle se produit, les anglais volent la vedette aux américains prouvant que la musique est plus importante que les artifices. La même année ils feront une apparition très ramarquée au festival de READING devenu depuis le monopole des groupes de hard Mais une première défection se produit car DENIS STRATTON quitte le groupe pour raison de "foi". Il n'était en effet qu'une sorte de musicien de studio qui jouait du heavy metal comme il aurait joué du reggae ou de la new wave. Il fait partie désormais du groupe LION HEART et sa première apparition sur vinyl se trouve sur le disque Heavy Metal Heroes vol 2. Ils n'ont pas à chercher bien loin pour un remplacant et recrutent ADRIAN SMITH (ex URCHIN) qui a grandi avec Dave Murray. Ils avaient d'ailleurs déjà joué ensemble quand ils étaient plus jeunes et habitaient à deux rues l'un de l'autre. Ils franchissent ensuite aisément le cap du deuxième album avec un L.P intitulé "Killers" produit par un certain MARTIN BIRCH qui s'était auparavant occupé de ... DEEP PURPLE. Le disque est une réussite commerciale, du coup le groupe s'embarque pour une tournée mondiale (1980) qui durera pas moins de dix mois et réalise "Maiden Japan" ("Running free" "Remember tomorrow" "Killers" "Innocent exilé") un mari 45 T live au Japon dont le titre parodie celui du célèbre album du Pourpre Profond. Tout ce passe très bien pour eux ; notamment leur tournée anglaise où ils accueillent en première partie TRUST qui avait pour batteur un certain ... NICO MAC BRAIN, néanmoins le gang subit un nouveau coup du sort, lorsque Paul Di Anno doit quitter le groupe car il ne veut plus tourner et son rendement scénique n est plus à son maximum. Se pose alors un grave problème pour Maiden du fait que Paul était un excellent chanteur possédant une voix très personnelle rappelant parfois celle de IAN GILLAN. Lui trouver un remplacant ne sera pas une mince affaire.

Cependant ils dénichent un bon vocaliste en là personne de BRUCE DICKINSON qui sévissait auparavant dans SAMSON (comme Clive Burr mais pas à la même époque) groupe qui avait "ouvert" quelques concerts pour Maiden. S'engage immédiatement l'inévitable débat afin de savoir qui, de Paul ou de Bruce est le meilleur. Le nouveau venu assure fort bien les parties vocales du troisième et définitivement meilleur album des londoniens: "The number of the beast" (1982). Toutefois il manque quelque peu de punch et de coffre sur des titres tels que "Killers " qui requièrent une importante puissance vocale. Ils entament néanmoins leur seconde tournée mondiale en compagnie de BLACKFOOT et jouent notamment à READING (août 1982) où ils finissent par une boeuf avec les mêmes Blackfoot. Une fois de plus ils enregistrent une nouvelle démission: celle de Clive Burr qui part pour des raisons de santé. Il a été dit à un certain moment qu'il y avait eu un échange de batteur entre TRUST et MAIDEN. Ce ne fut pourtant pas le cas car, si Nicko Mac Brain (ex PAT TRAVERS, STREET WALKERS, JENNY DARREN et bien sûr TRUST) est maintenant avec les anglais. Clive Burr, lui, ne joue pas avec Trust, avec qui pourtant il vient d'enregistrer leur dernier album. De ce côté là il semble que les londoniens soient victimes d'une véritable malédiction : ils n'ont jamais réussi à enregistrer deux albums avec le même lire-up. Le quatrième "Piece of mind" n'a pas échappé à la règle. Ce disque, enregistré aux Bahamas pour raisons fiscales reste dans la lignée des trois précédents aussi bien du point de vue contenu que contenant ; DEREK RIGGS le gratifie toujours de ses superbes graphismes. Toutes les compositions semblent être sorties du cerveau d'Eddie ; celui ci ayant subi une lobotomie et apparaissant tondu sur la pochette et la boite cranienne rivetée.

Ce monstre a largement contribué au succès de Maiden surtout au début de leur carrière où il était plus connu que le groupe. Eddie est d'ailleurs l'emblème des paroles du gang qui traitent de fantastique, de démonologie et de mort à l'inverse de ses concurrents directs que sont SAXON et DEF LEPPARD. Par contre le point commun entre ces trois groupes est qu'ils présentent un show très humain. C'est à dire que le principal "artisan" du concert est le groupe et non les artifices dont il s'entoure. Sur scène on a vraiment l'impression de voir un groupe, à savoir une prestation cohérente de la part des cinq membres.

Ils viendront vous le prouver en fin d'année lors de leur tournée française avec ROCK GODDESS (sous réserve). D'ici là faitesvous une opinion personnelle en écoutant "Piece of mind".

Note : C'est dans ce même numéro que Iron Maiden se retrouve troisième du Top 10 du Magazine avec "The Number Of The Beast" (derrière Pyromania de Def Leppard et Blackout de Scorpions). Le single "Run To The Hills" est premier (devant Touch To Much de AC/DC).